Promotion d’un système intégré d’alimentation scolaire et d’agro écologie dans la région des savanes au Togo

Contexte: 

Selon l’enquête QUIBB[1] (2011), le taux global de la pauvreté s’est amélioré sur l’ensemble du territoire national togolais passant de 61,7%  en 2006 à 58,7% en 2011, mais elle a augmenté dans la région des Savanes en particulier, reconnue comme la plus pauvre du pays. Les données indiquent un passage du taux de pauvreté de 87% à 91% entre 2006 et 2011  dû aux conditions climatiques peu favorables et à la faible capacité des populations à faire face aux chocs climatiques. Dans cette  région, sous l’influence du Sahel,  les pluies sont souvent très irrégulières et mal réparties dans l’année. Le couvert végétal est particulièrement dégradé et les sols surexploités. Les taux d’insécurité alimentaire et de malnutrition sont les plus élevés (53,4% des ménages en insécurité alimentaire et 7,6% de prévalence de la malnutrition aigüe globale). Les résultats scolaires tels que les taux d’accès, de rétention et d’achèvement  des enfants aux écoles primaires sont aussi influencés par les mêmes conditions de vie mais aussi par la distance qui sépare les écoles des domiciles des enfants.

Le Togo est un pays de l’Afrique de l’Ouest avec 56 785 Km2 subdivisés en 5 régions économiques et 35 préfectures. La population est estimée en 2011 à 6 191 155 habitants (dont 3 182 060 femmes et 3 009 095 hommes). Il est classé 159ème  sur 187 pays avec un revenu national brut estimé à 928 $US par habitant (PNUD-RDH 2013).

Dans la Région des Savanes, la pauvreté a augmenté presque de quatre points entre 2006 et 2011 (de 87% à 91%) à cause des conditions climatiques peu favorables et la faible capacité des populations à faire face aux chocs.

L’enquête de sécurité alimentaire et la vulnérabilité des ménages « Emergency Food Security Assessment (EFSA)» conduite par le PAM en Janvier 2010 a montré que l’insécurité alimentaire globale touche  53,4% des ménages dans la région des Savanes. Quant à la situation nutritionnelle, l’enquête SMART conduite avec l’appui de l’UNICEF en Juin 2012 révèle une prévalence de la malnutrition aigüe globale (MAG) de 4,9%  chez les enfants de moins de cinq ans au niveau national. Cette prévalence est de 7,6% dans la région des Savanes. La malnutrition chronique touche 28%  des enfants de la même tranche d’âge avec un taux particulièrement élevé dans la région des Savanes (35,8%). Une étude anthropologique sur les facteurs déterminants de la malnutrition réalisée en 2012 dans la région révèle que les principales causes de malnutrition sont liées aux difficultés d’accès économiques aux aliments, aux habitudes alimentaires inappropriées et aux considérations socio-culturelles.

La promotion de repas scolaires à base communautaire a été identifiée comme une solution idoine au problème de la faim et de la malnutrition dans les écoles. L’alimentation scolaire est mise en exergue dans le plan d’actions de l’alimentation scolaire durable au Togo pour la période 2014 – 2018 soutenu par le Centre d’Excellence de lutte contre la faim du PAM. Le document de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE) adopté par le gouvernement togolais pour la période 2014 – 2017 consacre une grande part à la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans son axe stratégique N° 3 portant sur le « développement du capital humain, de la protection sociale et de l’emploi ». Il ressort également le besoin pressant de promouvoir les pratiques innovantes d’agro-écologie pour soutenir la production familiale tout en préservant l’environnement (Axe stratégique N°1 de la SCAPE : «  développement des secteurs à fort potentiel de croissance »). Le besoin de créer les opportunités de marchés pour les petits producteurs afin d’encourager la production locale constitue aussi l’une des préoccupations importantes du gouvernement à travers cet axe N°1 de la SCAPE. Le présent projet permettra de contribuer à satisfaire ces besoins et priorités.

Objectifs: 

Objectif global

Contribuer à l’amélioration de l’alimentation et de la nutrition des élèves des écoles primaires publiques et des mères nourrices à travers la promotion des repas scolaires à base d’aliments produits localement, l’éducation nutritionnelle et l’agro-écologie

Objectifs spécifiques

  • contribuer à l’amélioration de l’alimentation et de la nutrition chez 1020 élèves pour favoriser la rétention et l’assiduité de ces derniers dans les 06 écoles ciblées à travers les repas scolaires ;
  • Contribuer à l’amélioration de l’alimentation et de la nutrition chez 300 mères nourrices de 10 clubs des mères liés aux écoles ciblées de la région des Savanes à travers l’éducation nutritionnelle ;
  • Renforcer la résilience des populations à travers la promotion des pratiques agro-écologiques adaptées et le développement d’opportunités de marchés à 25 organisations de petits producteurs et transformateurs de produits alimentaires.
Budget: 
190 755 USD
Résultats attendus: 
  • au moins 1020 élèves des 06 écoles ciblées ont bénéficié d’un repas chaud par jour à l’école pendant deux ans et ont obtenu de bonnes performances scolaires ;
  • environ 150 mères nourrices de 06 clubs de mères liés aux écoles cibles ont bénéficié de formation et d’éducation nutritionnelle et appliquent de bonnes pratiques dans leur ménage faisant tâche d'huile dans tous les villages ; 
  • les  organisations de petits producteurs et transformateurs ont approvisionné les écoles à cantines ciblées  en produits de qualité et de manière régulière conformément aux contrats augmentant ainsi leurs revenus ;
  • les parents d’élèves et les membres des organisations de producteurs ciblées participent activement aux échanges sur les bonnes pratiques d’agro-écologie développées autour des parcelles de démonstration scolaires ;
  • le document de capitalisation est réalisé et mis en diffusion ;
  • plus de 2 000 producteurs et productrices des organisations paysannes bénéficient des retombées à travers leurs diverses participations à l’alimentation des cantines et aux cadres d’échanges. Grâce aux femmes des clubs de mères, plus de 4 000 autres femmes de la région jouissent des retombées du projet par le biais des échanges et partages des connaissances.
Partenaires Financiers: 
Conseil pour un développement utile en Afrique
Partenaire Techniques: 
Ministère en charge de l'agriculture de Togo
Durée: 
Mercredi, 1 juin, 2016 - Vendredi, 1 juin, 2018
Pays Membres: 
Togo