Le stock physique de la Réserve Régionale prend forme
Lundi, 26 février, 2018 - 14:30

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Réserve, il est prévu de constituer un premier stock physique de 60 000 tonnes de céréales et produits nutritionnels pour la première période d’ici à 4 ans. L’Union Européenne apporte une contribution à l’opérationnalisation de ladite Réserve Régionale par le financement d’un projet d’Appui au Stockage de Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest d’un coût de 56 millions d’Euros permettant de mobiliser 31 500 tonnes, soit environ la moitié des stocks physiques prévus.  Le reste des quantités de produits alimentaires devra être mobilisé sur les fonds propres de la CEDEAO.

L’entreposage et l’entretien des vivres sont confiés aux sociétés publiques nationales de stockage de sécurité alimentaire sur la base de conventions de prestations de services pour le compte de la CEDEAO. A cet effet, un appel à propositions pour les services de réception, contrôle, entreposage et entretien des stocks de la Réserve physique lancé en 2016 a permis de retenir, pour l’instant, 7 structures nationales de stockage à savoir la SONAGESS au Burkina Faso, NAFCO au Ghana, l’OPAM au Mali, l’OPVN au Niger, le FRSD au Nigéria, le CSA au Sénégal et l’ANSAT au Togo pour les quatre sous-espaces de stockage retenus : Est, Centre, Ouest atlantique et Golfe Atlantique. Des contrats de prestations de services ont été signés ou sont en cours de signature pour un volume total de stockage de 42 500 tonnes. La conformité des infrastructures a été vérifiée par une société indépendante de renommée internationale recrutée par le projet. Des entrepôts représentant une capacité totale de stockage de 87 100 tonnes ont été inspectés. Les entrepôts déclarés conformes et aptes à recevoir les produits de la RRSA représentent une capacité de 54 600 tonnes.

La Réserve Régionale a constitué, à ce jour, un stock physique de 11 178,5 tonnes de céréales (mil, maïs, sorgho, riz) constituées de 2 750 tonnes stockées à Yendi au Ghana, 2 750 tonnes à Dédougou au Burkina Faso, 3 500 tonnes à Dosso et à Zinder au Niger et 1 048,5 à Gombe au Nigeria.

Ce stock est issu d’un premier appel d’offres lancé en juin 2016.  Le processus de contractualisation avec des fournisseurs dans le cadre d’un deuxième appel d’offres pour un volume de 21 000 tonnes est en cours. Les livraisons interviendront entre janvier et mars 2018.