Les acteurs de la région veulent lier les plans nationaux de réponse à la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire
Mardi, 15 mai, 2018 - 11:30

Dakar, 14 mai 2018, Dans le cadre de l’opérationalisation de la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest, l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) organise un atelier régional d’échanges à l’hôtel Le Ndiambour de Dakar, au Sénégal, du 14 au 16 mai 2018. Cet atelier fait partie des activités du Projet d’Appui au Stockage de Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest que finance l’Union européenne à hauteur de 56 millions d’euros.

Les participants à cet atelier examineront et valideront les livrables d’une étude conduite par l’Université Polytechnique de Madrid et Oxfam sous la supervision de l’ARAA puis proposeront une feuille de route pour l’accompagnement de la région et des pays à élaborer un référentiel faisant le lien entre les plans de réponse nationaux et régional et l’accès à la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire (RRSA). Cette étude porte sur les bonnes pratiques et des enseignements tirés des expériences des dispositifs nationaux de prévention et de gestion des crises alimentaires et nutritionnelles dans six pays de l’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Nigeria, Togo, Mauritanie, Niger et Sierra Leone) et sur un outil méthodologique pour l’élaboration d’un plan de contingence régional et d’un guide pour les pays afin de créer un lien entre leurs plans de réponse et la RRSA.

« Je salue l’implication des pays qui, à travers leurs structures nationales de stockage de sécurité alimentaire, ont déjà accepté de mettre leurs magasins, leurs compétences et expertises en matière de stockage au service de notre instrument régional de gestion des crises alimentaires et nutritionnelles qu’est la Reserve Régionale », se réjouit Monsieur Modou Mboup, conseiller technique auprès du ministère de l’agriculture et de l’équipement rural du Sénégal à l’ouverture de l’atelier. « Je rassure, par ailleurs, qu’à l’instar de plusieurs autres pays de la CEDEAO, le Sénégal reste engagé à accompagner cette initiative régionale, en témoigne la mise à disposition de magasins de stockage par le Commissariat à la Sécurité Alimentaire du Sénégal pour les services de réception, d’entretien et de maintenance des stocks de la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire », conclut-il.

Pour Ousseini Salifou, Directeur Exécutif de l’ARAA, la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire, dont la décision de création a été prise en 2013 par les Chefs d’Etat et de Gouvernement, est entrée dans sa phase active. Le processus d’acquisition des premiers stocks physiques est en cours et deux appels d’offres pour l’achat des produits de la Réserve ont déjà été lancés et bouclés avec succès.

En effet, la Réserve Régionale dispose actuellement de produits (céréales) stockés dans les structures nationales du Burkina Faso, du Niger, du Nigeria, du Ghana et du Mali. Des discutions sont en cours avec les structures nationales de stockage du Togo (ANSAT) et du Sénégal (CSA) pour le stockage d’autres produits de la Réserve Régionale.

Ces achats et stockage de vivres pour la Réserve Régionale viennent rassurer la CEDEAO et l’Union européenne, partenaire financier de cette initiative de la capacité prochaine de la Réserve Régionale à : (i) compléter les efforts des Etats Membres pour fournir une assistance alimentaire et nutritionnelle rapide et diversifiée, (ii) exprimer la solidarité régionale à l’égard des Etats Membres et des populations affectées à travers des mécanismes transparents, équitables et prévisibles, (iii) contribuer à la souveraineté alimentaire et à l’intégration politique, économique et commerciale de l’Afrique de l’Ouest.

Il est donc important que les mécanismes devant permettre aux pays de mobiliser la RRSA en cas de besoin soient clairement définis et que les processus d’élaboration des plans nationaux de réponse soient renforcés pour plus d’efficacité et de transparence dans la mobilisation des produits de la RRSA.

« La coopération espagnole (AECID) apprécie positivement à sa juste valeur la dynamique en cours en Afrique de l’Ouest afin d’atténuer les effets des crises alimentaires et nutritionnelles. Nous demeurons convaincus que si la Commission de la CEDEAO trouve les moyens de pérenniser la Réserve Régionale, les effets néfastes des crises alimentaires et nutritionnelles dans la région seront fortement atténués. La coopération espagnole accompagne et continuera d’accompagner la région en jouant pleinement son rôle de partenaire technique et financier » affirme Monsieur Aja Andrés Juan, assistant technique de l’AECID auprès de l’ARAA.

Pour rappel, l’opérationnalisation de la Reserve Régionale de Sécurité Alimentaire s’inscrit dans le cadre de la stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire fondée sur trois lignes complémentaires de défense: (i) la première ligne concerne les stocks de proximité, généralement mis en place et gérés par des organisations locales ou des collectivités décentralisées, (ii) la deuxième repose sur les stocks nationaux de sécurité gérés par les Etats ou cogérés par les Etats et leurs partenaires financiers, (iii) la troisième ligne est la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire qui est complémentaire des deux premières.

Les conclusions et recommandations qui seront issues des discussions de Dakar permettront à la Commission de la CEDEAO d’aller vers la mise en place d’un plan de contingence au niveau régional, mais également de mettre l’accent d’autre part, sur l’appropriation de la Réserve Régionale par tous les acteurs et sur la durabilité de ce dispositif régional de solidarité et d’intégration.