Lutte contre les mouches des fruits : les pays de la CEDEAO se concertent
Jeudi, 28 juin, 2018 - 11:15

Banjul, le 22 juin 2018 : le 7ème atelier régional du Projet de soutien au Plan Régional de Lutte et de Contrôle des Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest (PLMF) de la CEDEAO s’est tenu à Banjul, en Gambie, du 20 au 22 juin 2018, en présence des représentants des Comités Nationaux (CN) de Lutte et de contrôle des Mouches des Fruits, des représentants des Centres Nationaux de Recherche et du Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF), des représentants du secteur privé et de ceux de l’Union européenne (UE).

Dans son allocution d’ouverture, Monsieur Sariyang Jobarteh, Directeur Général de la Direction de l’Agriculture de la Gambie a souligné l’importance d’une telle rencontre et les efforts consentis par les acteurs de la filière dans le cadre de la lutte contre les mouches phytophages, un fléau aux impacts économiques et sociaux négatifs considérables pour les pays producteurs d’Afrique de l’Ouest. Les mouches ne connaissant pas de frontières, les représentants de la CEDEAO et de l’Union européenne ont insisté sur la nécessité d’une action coordonnée, concertée et régionale. Faisant le point sur les interceptions aux frontières de l’UE qui entraînent chaque année des rejets et des destructions de cargaisons de mangues infestées par les mouches des fruits, les représentants du projet se sont réjouis de la diminution des notifications d’interception cette année - 22 contre 62 enregistrées à la même date l’année dernière.

A cet atelier bilan de l’exécution du plan d’actions 2017-2018 et de programmation des actions des CN et des Services Nationaux de Recherche Agricole pour 2018-2019, les participants ont tous reconnu les bénéfices de la lutte intégrée mise en place par le projet. Cette lutte est une combinaison de plusieurs méthodes de lutte (naturelle ou chimique) qui visent à réduire la pression des mouches sur les fruits, notamment la mangue. Le projet préconise une lutte plus intensive dans les zones à forte infestation signalée par des alertes et la lutte intégrale pour les zones plus restreintes, mais à fort enjeu économique. Ce dispositif est soutenu par la recherche appliquée qui fournit des solutions alternatives et biologiques comme les champignons entomopathogènes (ou champignons parasites d’insectes), les biopesticides à base de baume de cajou, etc.

Le Représentant de l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) de la CEDEAO et les membres de la Cellule de Coordination Régionale du projet ont d’ailleurs exhorté les comités nationaux à plaider auprès de leurs autorités compétentes pour une meilleure contribution à la lutte contre les mouches des fruits afin de garantir une plus grande appropriation du projet au niveau de chaque pays. Dans cette perspective, la Côte d’Ivoire a, par exemple, inscrit dans le budget de l’Etat une ligne spécifiquement dédiée au Comité National de Lutte et de Contrôle des mouches des fruits. Par ailleurs, la majorité des comités nationaux ont exprimé le souhait de bénéficier d’une formation qui leur permettra de s’informer sur les exigences de la nouvelle norme de la Commission européenne en matière d’inspection phytosanitaire qui entrera en vigueur en janvier 2019 – afin de mieux s’y préparer.

Avec l’arrivée de trois nouveaux membres (Guinée-Bissau, Nigéria et Togo), le projet couvre désormais 11 pays de la CEDEAO producteurs de mangues.

--------------------

En rappel, le secteur de la production horticole en Afrique de l’Ouest constitue un facteur de l’équilibre alimentaire pour des millions de consommateurs au niveau local et régional et une importante source de devises et d’emplois. Cependant, la contribution du secteur fruitier et légumier aux sources de revenus régionaux a longtemps été handicapée par la non-conformité avec les normes phytosanitaires de l’Union européenne (UE). Les interceptions aux frontières de l’UE entraînent en effet chaque année de lourdes pertes pour les pays producteurs de mangues de l’espace CEDEAO.

Afin de réduire ces pertes et faire en sorte que les mouches des fruits soient maitrisées et ne constituent plus une contrainte pour la filière, la CEDEAO et l’UEMOA ont initié le projet de Soutien au Plan Régional de Lutte et de contrôle des Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest (PLMF). Avec un budget total de 23,5 millions d’euros, le PLMF vise à augmenter le volume disponible de fruits exempts d’infestations sur les marchés locaux; de maîtriser les pertes de fruits et légumes dues à l’infestation par les mouches des fruits pour qu’elles ne constituent plus une contrainte pour les exportations ; de mettre en place des dispositifs et structures organisationnelles permettant la maîtrise des risques phytosanitaires; de renforcer la CEDEAO dans ses fonctions de pilotage de la politique sectorielle.

 

Pour plus d’informations sur le PLMF, veuillez écrire à :

Cellule de Coordination du PLMF

Bamako, Mali - Tél. +223 20 21 13 34

Courriel: plmf.coordination@sogerom.com