Appui au plan régional de lutte et de contrôle des mouches des fruits en Afrique de l’ouest

Durée: 
Vendredi, 1 août, 2014 - Jeudi, 1 août, 2019
Contexte: 

Le Projet d’Appui au Plan Régional de Lutte et de Contrôle des Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest est l’aboutissement d’un long processus concerté entre la CEDEAO, l’UEMOA et les pays exportateurs de mangue. Il a été initié en 2008 par la DADR de la Commission de la CEDEAO. Ce Projet a été souhaité par la CEDEAO pour gérer le problème des mouches des fruits au niveau régional (coordination des efforts) et au niveau national, mutualiser les approches stratégiques, les méthodes de surveillance et de lutte ainsi que la diffusion des résultats de la recherche de façon uniforme dans l’ensemble des pays affectés par ce fléau (convergence des méthodes au niveau national). Le projet s’inscrit dans le cadre de l’exécution du Plan Régional d'Investissement Agricole (PRIA) décliné en Plans Nationaux d'Investissements Agricoles (PNIA) dans chaque pays membre de la CEDEAO. Il est spécifiquement identifié dans la composante N°2 du PRIA.

Objectifs: 

L'objectif global du projet est l’amélioration des revenus des producteurs de fruits et légumes et particulièrement des petits producteurs, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire dans la sous-région et à la réduction de la pauvreté.

Les objectifs spécifiques du projet sont :

  • Augmenter le volume disponible de fruits commercialisés sur les marchés locaux exempts d'infestations augmente et contribuer à la sécurité alimentaire des populations ;
  • Maîtriser les pertes de fruits et légumes dues à l'infestation par les mouches des fruits afin qu’elles ne constituent plus une contrainte pour les exportations ;
  • Mettre en place des dispositifs et organisations pour les besoins de la lutte contre les mouches transposables dans d’autres filières, voire d’autres régions soumises aux risques phytosanitaires ;
  • Dans l’espace ouest africain, la CEDEAO est renforcée sur ses fonctions de pilotage de sa politique sectorielle.
Stratégie de mise en oeuvre: 

Coordination du Projet

La Cellule de Coordination mise en place par le consortium SOGEROM COLEACP BERD et basée à Bamako, assure, au nom de l’ARAA, la maîtrise d’œuvre directe de toutes les activités de niveau régional et supervise la maîtrise d’œuvre des activités de niveau national. Elle assure, pour l'ensemble du Projet, la programmation des activités, le suivi et le monitoring des activités menées par les volets nationaux, et la gestion administrative et financière.

La composante «Recherche appliquée », de niveau régional, est placée sous la maîtrise d’œuvre déléguée au CORAF, qui passe des conventions de financement annuelles avec les institutions de recherche régionales et nationales (systèmes nationaux de recherche agronomique – SNRA).

Le  comité de pilotage

Le Comité de Pilotage du Projet aura vocation à devenir, à l'issue du Projet, le Comité Régional de Lutte contre les mouches des fruits, chargé de coordonner de façon pérenne la lutte au niveau régional. Il est présidé par le Commissaire AERE et la Commission de l’UEMOA en assurera la Vice-Présidence.  Il a  pour fonction de définir les grandes orientations du Projet, d’enregistrer les adhésions des Etats membres au Projet, d'approuver les budgets et les Programmes annuels d'activité, y compris les budgets et activités des volets nationaux du Projet.  

Le  comité scientifique

Le Comité scientifique passe en revue les options de recherche (propositions technique et financière) qui lui sont soumises par la Composante Recherche conduite par le CORAF sur une base annuelle et émet un avis sur la priorité des propositions les plus prometteuses au regard des objectifs visés de lutte efficace et peu onéreuse.

Les comités nationaux

L'organe responsable de coordonner les volets nationaux dans chaque pays est le Comité National de Lutte contre les mouches des fruits. Les comités nationaux ont les responsabilités principales suivantes :

  • Etablissement, adoption et mise à jour des plans de surveillance et de lutte et des programmes annuels d’activité ;
  • Sélection des intervenants dans le cadre des plans de surveillance et de lutte ;
  • Détermination des zones de forte infestation en fonction des alertes de la surveillance ;
  • Sélection des zones prioritaires de lutte intégrale contre les mouches des fruits, en fonction de leur intérêt économique et de la disponibilité des acteurs de terrain dans la zone ;
  • Recherche des financements nationaux devant venir en complément des financements régionaux ;
  • Pilotage et suivi de la mise en œuvre nationale des plans de surveillance et de lutte ainsi que des actions de renforcement de capacité.

Chaque comité est doté d’un secrétaire permanent.

Résultats attendus: 
  • Augmentation  des exportations de fruits vers l’Europe de 50% ;
  • Augmentation de la disponibilité de fruits sur les marchés locaux ;
  • Les dispositifs développés dans le cadre du projet sont transposables sur d’autres filières.
Autre Information Pertinente: 

Les résultats partiels au 31 décembre 2016

Composante surveillance

  • 110 Vergers de surveillance identifiés et équipés de de matériels de suivi des infestations de mouches des fruits dans les 22 bassins de production de mangue des 8 pays adhérant au projet ;
  • Un plan et des modules de renforcement des capacités des DPV et des opérateurs de production et d’exportation de mangue.
  • Un système de gestion de données de modélisation et de prédiction (émission d’alertes vers les producteurs et les exportateurs) au niveau régional est en place ;
  • 7  des 8 pays adhérant au projet sont dotés de plans pluriannuels de surveillances.

Composante lutte

  • 32 Formateurs de formateurs (4 formateurs pays) formés aux techniques de lutte intégrée. Ils ont à leur tour formé 291 agents techniques et 947 axillaires aux techniques de lutte intégrée :
  • Des  plans et des modules de formation à la lutte intégrée et aux traitements post-récoltes élaborés pour renforcer les capacités des DPV, OP et le personnel des entreprises exportatrices ;
  • Des produits de lutte contre les mouches mis à la disposition des pays en 2016 pour enclencher la lutte (5705 litres de Success Appât et 133 340 sachets de Timayes) et en cours d’acquisition (68 100 litres de Success Appât;195000 sachets de Timayes) pour la campagne 2017.
  • 7  des 8 pays adhérant au projet sont dotés de plans pluriannuels de lutte.

Renforcement de capacité

  • 8 conventions de collaboration signées  entre la CEDEAO et les CN des 8 pays bénéficiaires, ayant permis  de verser aux pays une subvention  de 744 847€ en 2016 et une subvention totale approuvée de 3 450 700€ au titre de l’année 2017 ;
  • 16 membres des comités nationaux formés aux procédures administratives et financières du projet ;
  • Le Laboratoire régional de Référence audité, de nouvelles procédures mis en place et le personnel renforcé en taxonomie des mouches des fruits ;
  • 8 Laboratoires nationaux de diagnostic audités ; des plans de mise aux normes élaborés et un plan et des modules de renforcement des capacités des techniciens élaborés.
  • Un plan et des modules de formation des DPV, OP et des postes frontières élaborés.

Le Mali a connu une crise phytosanitaire en 2016  suite à 66 interceptions de mangues d’origine malienne aux frontières de l’Union Européenne.  Le pays a de ce fait reçu une lettre de mise en demeure  de la Direction Générale de la Santé et Sécurité Alimentaire de la Commission Européenne de lui présenter un plan d’action exposant dans les détails, les mesures qui seront mises en œuvre pour  remédier aux lacunes  ayant conduit à ces interceptions, avant le 24 octobre 2016. La CC/ PLMF en collaboration avec le COLEACP  ont appuyé le comité national du Mali à élaborer le  plan d’actions d’urgence demandé pour remédier à la crise  qui a été envoyé à la Commission Européenne dans les délais. La CC apporte son appui dans l’exécution de ce plan d’actions dont les premières actions exécutées ont porté sur la révision des procédures d’inspections et de certification phytosanitaires, la formation des inspecteurs phytosanitaires,  l’appui à la prise d’arrêté ministériel de réglementation de la campagne d’exportation des mangues et de  l’enregistrement obligatoire des entreprises exportatrices et l’appui à l’équipement des postes de contrôle phytosanitaires en matériel d’inspection.

Partenaires Financiers: 
Union EuropéenneAgence Française de Développement UEMOA

Secteurs:

Pays Membres: