Wednesday, 12 April, 2017 - 14:30

A la suite des 66 notifications d’interceptions de mangues en provenance du Mali par l’Union Européenne en 2016, le pays a reçu une lettre de mise en demeure de la Direction Générale de la Santé et Sécurité Alimentaire de la Commission Européenne lui demandant de présenter un plan d’actions exposant dans les détails, les mesures qui seront mises en œuvre pour remédier aux lacunes ayant conduit à ces interceptions et ce, avant le 24 octobre 2016.

Afin d’aider le Mali à répondre, dans les délais, à cette exigence de la Commission Européenne et éviter au pays une interdiction d’entrée sur le sol européen de ses exportations de mangues, le COLEACP, à travers son Projet Fit for Market, et la Cellule de Coordination du Projet de Soutien au Plan régional de Lutte et de Contrôle des Mouches de Fruits en Afrique de l’Ouest (PLMF), ont appuyé le comité national de surveillance et de lutte contre les mouches des fruits de la mangue.

Cet appui a consisté en l’organisation et en la facilitation d’un atelier national d’élaboration du plan d’actions d’urgence pour juguler les causes des interceptions. Le plan d’actions élaboré a été envoyé à la Commission Européenne dans les délais impartis par l’Office de Protection des Végétaux du Mali.

La mise en œuvre de ce plan a été coordonnée par le comité national avec l’appui direct du Projet Fit Market/COLEACP et du Projet de Soutien au plan régional de lutte et de contrôle des mouches de fruits en Afrique de l’Ouest. Vu les enjeux liés à la gestion de cette crise phytosanitaire, la cellule de coordination du PLMF a désigné un point focal en son sein et mobilisé l’ensemble de ses compétences pour apporter un appui direct à la facilitation et l’appui conseil et la supervision de l’exécution du plan. Les principales actions vont de la revue des textes législatifs et réglementaires relatifs au système d’inspection et de certification phytosanitaire ; de la mise en place d’un système d’identification et d’enregistrement des opérateurs ; du suivi et de la gestion des notifications des interceptions ; de la mise en place d’un système d’inspection et de certification phytosanitaires ; de la dotation des services d’inspection de matériel adéquat d’inspection, à l’appui aux opérateurs exportateurs de la filière mangue.

Le PLMF poursuit actuellement, à travers son plan d’actions 2016-2017, la mise en œuvre de sa stratégie d’intervention qui devrait permettre de réduire dans le futur les risques de survenue de telles crises phytosanitaires dans les 8 pays bénéficiaires du projet. Il s’agit notamment de la mise en œuvre du dispositif de surveillance régional de suivi des infestations de mouches de fruits qui permet, depuis novembre 2016, de suivre l’évolution des populations de mouches dans les 22 zones de production de la mangue dont 4 au Mali. Ce dispositif régional est en train d’être complété par un dispositif national de surveillance afin de renforcer le réseau de surveillance au niveau national. A ce dispositif, il faut ajouter la mise à disposition des pays de produits de lutte suivie de la formation des bénéficiaires à leur utilisation, l’installation de vergers pilotes/écoles, le renforcement du système de contrôle officiel et le renforcement de capacités des exportateurs sur les opérations post récoltes.

En rappel, les exportations de mangues du Mali vers l’Europe ont déjà fait l’objet de plusieurs interceptions: 11 en 2015 ; 23 en 2014 ; 16 en 2013 ; 16 en 2012 et 30 en 2011.